Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Quelles différences entre un Ostéopathe et un Kinésithérapeute ?  

Quelles différences entre un Ostéopathe et un Kinésithérapeute ?  

Le 08 août 2018
Ostéopathie ou kinésithérapie? Quelle thérapeute choisir? Quel est l'intérêt de l'ostéopathie? Pourquoi faut il choisir la complémentarité?

Quelle différence y a-t-il entre un kiné et un ostéopathe, lequel choisir pour quel cas ?
 

Il est intéressant de différencier l’ostéopathie de la kinésithérapie. Ces deux disciplines sont des thérapies manuelles (le praticien soigne le patient par un contact manuel), mais ni la méthode de traitement, ni la façon de le prodiguer ne sont identiques (outils thérapeutiques différents), elles sont différentes mais complémentaires, chacune ayant ses spécificités et ses indications. Regardons ensemble en détail.

Kinésithérapie et ostéopathie, une histoire et des méthodes différentes.
 

La kinésithérapie
 

La profession
Le masseur kinésithérapeute est le thérapeute spécialisé dans la rééducation, il va utiliser des techniques manuelles (massages, ponçages…) et des techniques instrumentales (éléctrophysiothérapie, ultrasons, crèmes, balnéothérapie, matériel de musculation…) pour corriger des troubles musculaires, articulaires, ligamentaires… lésés suite à une pathologie ou un accident. Son intervention est principalement locale (sur une zone précise) et nécessite le plus souvent un nombre important de séances.

Reconnaissance
La profession de kinésithérapeute existe officiellement depuis l’institution du diplôme d’état (D.E.) de masseur-kinésithérapeute qui fut instauré le 30 avril 1946 pour répondre à la demande importante de soins après la guerre.

Remboursement
Les actes de kinésithérapies sont sur prescriptions médicales (principalement) et sont remboursés par la sécurité sociale.

Formation
La formation de kinésithérapeute se passe en 5 ans après le BAC (découpées en 1+4 : une année en université qui sert d’année de sélection avec un numerus clausus, et quatre années d’apprentissage de la formation de kinésithérapeute) il possède donc un diplôme niveau BAC+5 (niveau 1 au RNCP).

Attention : Un kinésithérapeute n’est pas habilité à pratiquer de l’ostéopathie sans la formation adéquate, l’inverse est également vrai (même si les dernières lois tendent à donner aux ostéopathes le droit d’exercer les mêmes gestes que les kinésithérapeutes).

Un kinésithérapeute peut obtenir le diplôme d’ostéopathe après 1892 heures de formation (au lieu des plus de 5000 heures pour un ostéopathe exclusif en formation complète), la formation se déroule généralement sous la forme de séminaire de 4-5 jours par mois, répartis sur 5 ans.

Il y a plusieurs inconvénients majeurs à cette formation en temps partiel :

-          Les praticiens kinésithérapeutes manquent de temps pour pratiquer l’ostéopathie, car ils sont en activité (dans des cabinets ou à l’hôpital), ont une vie de famille, et peuvent avoir du mal à reprendre les études.

-          Leur première formation les a orientés vers une vision purement médicale d’un patient et non une vision holistique et globale comme le demande la philosophie de l’ostéopathie.

-          Leur formation écourtée est principalement axée sur les manipulations articulaires (techniques entraînants un craquement, qui sont enseignées dans les premières années d’écoles pour les ostéopathes exclusifs) et les techniques viscérales et crâniennes sont survolées.

-          Le plus souvent ils pratiquent un mélange de kinésithérapie et de techniques isolées d’ostéopathie à la place d’une recherche d’un traitement complet, par les techniques adaptées.

-          Il est maintenant devenu quotidien pour les kinésithérapeutes de soigner plusieurs patients en même temps, ce qui n’optimise pas le traitement et est incompatible avec les actes d’ostéopathie.

 

Il est donc recommandé pour les actes d’ostéopathie de choisir un kinésithérapeute qui ne pratique que de l’ostéopathie et a laisser les actes de kinésithérapie (et peut donc se permettre par sa pratique de vivre exclusivement de l’ostéopathie).

 

L’ostéopathie
La profession
L’ostéopathe est un thérapeute manuel exclusif (il n’utilise majoritairement pas d’autre matériel que ses mains). Il a une vision holistique du corps (globale). Il travaille aussi bien sur les articulations et les muscles, que sur d’autres structures : viscères, crane… et est à même de traiter des troubles multiples : lombalgie, cervicalgie, mais aussi troubles O.R.L., troubles digestifs et urinaires, stress… L’ostéopathe travaille donc sur toutes les structures qui composent le corps humain, en recherchant la cause à l’origine de la pathologie.

Les séances d’ostéopathie ne nécessitent pas de prescription médicale car l’ostéopathe est un professionnel de la santé de première intention comme le médecin (des prescriptions peuvent être demandées pour certains actes particuliers pour améliorer la sécurité des patients).

Dans la majorité des cas, il n’y a pas nécessité d’un nombre important de séances pour traiter un trouble, un suivi ostéopathique régulier est par contre intéressant car l’ostéopathe pratique aussi des séances préventives.

Reconnaissance
L’ostéopathie est née sous l’impulsion d’Andrew Taylor Still aux Etats Unis D’Amériques en 1874, avec une première école fondée en 1892. Le titre d’ostéopathe est reconnu et réglementé en France depuis la loi du 04 mars 2002.

Remboursement
Les actes d’ostéopathie sont remboursés par les mutuelles exclusivement.

Formation
La formation d’ostéopathe se fait dans des écoles spécialisées en 5 ou 6 ans après le BAC suite à un concours interne à l’école portant sur le programme de terminale avec spécialités. Il possède un diplôme niveau BAC+5 (niveau 1 au RNCP).

 

Quel est l’Intérêt de la complémentarité entre l'ostéopathe et le kinésithérapeute ?
 

Ostéopathie et kinésithérapie sont donc différents mais très complémentaires. Suite à une pathologie, un accident, en post-opératoire un travail de rééducation par un kinésithérapeute est primordial,

 

Les affections mécaniques aiguës[1] (moins de 3 mois) : torticolis, tendinite, lumbago, sciatique… sont traitées avec une meilleure efficacité clinique par des actes d’ostéopathie.

Par contre les douleurs chroniques[2] (plus de 3 mois) : il faut souvent réapprendre à faire les mouvements, cela nécessite un traitement répété et au long cours, pour limiter l’enraidissement et retrouver la force musculaire. Dans ces cas l’action ponctuelle de l’ostéopathe seul peut s’avérer insuffisante et une collaboration avec le kinésithérapeute amène d’excellent résultats.

C’est donc par l’association des deux thérapies que la meilleure efficacité est obtenue, donc n’hésitez pas à demander à votre ostéopathe un kinésithérapeute pour l’aider dans son traitement et inversement en cas de besoin.

Pour toute question n’hésitez pas à me contacter.

 



[1] Source : Effectiveness of manual therapies: the UK evidence report
[2] Source : Méta Analyse Cochrane Rubinstein

c