Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Comment choisir un ostéopathe, quels sont les critères pour trouver un bon ostéopathe?

Comment choisir un ostéopathe, quels sont les critères pour trouver un bon ostéopathe?

Le 29 décembre 2016
Comment choisir un ostéopathe, quels sont les critères pour trouver un bon ostéopathe?

Dans cet article votre ostéopathe vous donne quelques informations utiles pour trouver un bon ostéopathe, sachant qu’il n’y a pas de « meilleur ostéopathe », car le meilleur thérapeute est celui qui vous correspond.

Dans les méandres des annuaires, sites, plaques dans les rues, quel ostéopathe choisir ?

Voici les 10 commandements pour choisir un bon ostéopathe.

 

I)                    Un ostéopathe bien formé tu choisiras
 

Avant 2014 certains praticiens pouvait user du titre d’ostéopathe (T.O) après l’obtention d’un diplôme en 3 ans.

L’usage du titre d’ostéopathe sans diplôme est illégal et puni par la loi.

L’ostéopathe est comme tous les professionnels de la santé, obligé par la loi à une formation continue pour rester à jour dans ses connaissances et améliorer sa pratique. Il est donc important de demander, si cela n’est pas explicité, s’il effectue régulièrement des formations, des colloques, des séminaires…

Il est important de choisir un ostéopathe professionnel et qualifié, titulaire du diplôme d’ostéopathe (D.O) avec 5 ans d’études en temps complet avec validation d’un mémoire et d’un clinicat au minimum, dans une école agréée par le ministère de la santé, ce qui atteste d’une formation minimum.

Attention : lors de la formation initiale en ostéopathie certaines parties comme la pédiatrie (traiter les nourrissons, les enfants), la grossesse, le post-partum, les particularités des sportifs… ne sont pas toujours très bien abordés par manque de temps. Il convient donc dans ce cas de demander à votre ostéopathe s’il a bien effectué des formations complémentaires (post-graduées) pour traiter au mieux ce type de public.

II)                 Un ostéopathe recommandé par bouche à oreille tu prendras
 

Pour trouver un bon ostéopathe (et n’importe quel autre professionnel de santé) mieux vaut se référer au bouche à oreille : conseil d’un ami, d’un collègue, d’une connaissance ou d’un professionnel de santé, que faire confiance à un site internet ou pire à des avis sur internet (même s’ils peuvent être légitimes).
Car il n’y a aucune régulation réelle sur internet, les avis peuvent avoir été posté par n’importe qui, les proches de la personne, ou un concurrent mécontent, il existe même des sociétés spécialisées dans la e-réputation qui crée de toute pièce des centaines d’avis.

Il est donc important de demander un retour à des personnes qui ont vraiment consulté l’ostéopathe, et qui pourront vous orienter sur sa façon de travailler, son relationnel…

En résumé, un bon ostéopathe aura de bons résultats qui feront parler de lui.

 

III)               Un ostéopathe agréé tu chercheras
 

Le bon ostéopathe figure dans la liste des personnes autorisées à user du titre et a donc un numéro ADELI, un numéro SIRET (car il travaille en tant que profession libéral en entreprise individuelle ou en collaboration avec d’autres professionnels).

A ce titre il peut émettre des factures, qui permettent le remboursement de la séance d’ostéopathie en partie ou en totalité par les mutuelles.

Il peut faire partie d’une association professionnelle reconnue par le ministère de la santé avec un code de déontologie et de bonne pratique (même si cela n’est que la preuve d’une formation minimum en 5 ans, et au mieux une qualité morale) : ROF, CNO, UFOF, SFDO.

 

IV)               Un ostéopathe raisonnable et raisonné tu contacteras
 

La consultation
 

La consultation en ostéopathie est soumise à certains impératifs simples mais obligatoires ( cf. déroulement d’une séance).

Votre ostéopathe n’étant pas Nostradamus ou madame Irma, il aura besoin d’avoir des informations sur vous, et la séance commencera donc comme suit :

D’abord une anamnèse (interrogatoire) pendant laquelle votre ostéopathe vous interroge sur l’origine de votre (vos) trouble(s) et vos antécédents (que vous veniez pour une consultation curative ou préventive).

Ensuite des tests palpatoires et/ou visuels seront effectués par le praticien.

Puis enfin le traitement ostéopathique.

A la fin l’ostéopathe pourra vous donner des conseils, des exercices, pour potentialiser son traitement.

Quel est le prix d’une séance d’ostéopathie ?
 

L’ostéopathie étant une thérapie non conventionnée par la Sécurité Sociale (mais reconnue par la Sécurité Sociale et le Ministère de la Santé !) il n’y a pas de prix imposé.

Un tarif normal et raisonnable pour une séance d’ostéopathie se situe entre 40 et 100€, un tarif inférieur à 40€ est « racoleur » montrant un praticien en grande difficulté et qui cherche en bradant ses services à obtenir de nouveaux patients, ce n’est malheureusement pas gage ni de professionnalisme, ni d’efficacité. Au-dessus de 100€, le tarif n’est pas raisonnable et correspond le plus souvent au paiement d’un intermédiaire (plateforme) renvoyant vers différents ostéopathes et prenant une commission importante, ou alors à un praticien voulant s’acheter un bateau :).

Pensez donc tout le temps à demander le tarif à votre ostéopathe, ainsi qu’une facture en fin de séance pour être remboursé.

 
Quelle est la durée d’une séance
 

Classiquement une séance dure entre 30 et 60 minutes.

En dessous de 30 minutes, en tant qu’ostéopathe j’émet fortement des doutes sur la qualité des soins prodigués. Au-dessus de 60 minutes, sauf cas exceptionnels, il faut vérifier si l’ostéopathe ne s’est pas endormi !

V)                 Un praticien qui pratique exclusivement l’ostéopathie tu sélectionneras
 

Tout comme un boucher, ne peux pas être électricien et peintre.

Un praticien qui choisit de pratiquer l’ostéopathie se doit de la pratiquer de façon exclusive, il aura donc une main exercée par une pratique assidue.

Son revenu dépendant exclusivement de sa pratique le forcera à être performant, et pas à trouver une alternative dans une autre pratique.

Quid du médecin-ostéopathe, kiné-ostéopathe ?
 

Les professionnels de santé habilités peuvent obtenir le titre d’ostéopathe en faisant une formation à temps partiel en ostéopathie.

Les médecins peuvent obtenir un DU ou DIU d’ostéopathie au bout de 2 ans à temps partiel (1 we/mois = environ 700 heures de cours au total)

Pour les kinésithérapeutes, ils peuvent effectuer une formation parallèle à temps partiel (là aussi sous forme de séminaire, ou de cours le week-end = environ 1900 heures de cours au total)

Pour rappel un ostéopathe exclusif en temps complet aura environ 4900 heures de formation au minimum (fixé par décret).

La formation à temps partiel est effectuée par des praticiens en activité, avec une vie de famille, et qui reprennent des études en parallèle. Comment font-ils ?

La façon de travailler et la « philosophie » derrière la pratique ostéopathique diffère de celle des kinésithérapeutes ou des médecins. Quelle est la pensée derrière leurs actes ?

Avec une formation fortement raccourcie, celle-ci est-elle complète ?

Toute les sphères (comme la sphère crânienne, viscérale…) sont-elles vues et comprises ? Ou est-ce l’aspect manipulation articulaire =cracking qui est principalement vu ?

Je vous laisse seul juge de ces questions…

 

VI)               Les magiciens et autre gourou tu éviteras
 

L’ostéopathe n’est pas un magicien, l’ostéopathie n’est pas une religion (il n’y a donc pas à croire en l’ostéopathie ! )
Donc l’ostéopathie ne soignera pas la faim dans le monde, et malheureusement même le meilleur ostéopathe ne ressuscite pas les morts.

Il faut donc se méfier de ceux qui promettent monts et merveilles par une manipulation miracle d’une vertèbre sur laquelle tout repose, ou de la lésion unique du corps qu’il est capable de traiter par téléphone en appelant le 08XXXXX.

L’ostéopathe ne vend pas de poudre de perlimpinpin, ni de patte de lapin. Il se limite à la pratique avec ses mains, sinon il travaille comme un pied !

L’ostéopathie est issue de fondements clairs et tangibles (anatomie, physiologie, biomécanique…), elle ne se limite pas aux simples troubles articulaires (lumbago, sciatique, torticolis…) mais agit aussi sur un cercle de pathologies beaucoup plus large comme les céphalées, les problèmes digestifs, les acouphènes, l’infertilité, les troubles circulatoires, la posture…

Elle peut aussi être utile en complément d’autres traitements dans des pathologies plus lourde pour améliorer ou accélérer la guérison.

 

VII)             Vers un ostéopathe professionnel tu te dirigeras
 

Pour être un bon ostéopathe, il faut être un bon professionnel : être agréé (cf. commandement III), effectuer uniquement l’ostéopathie (cf. commandement V), effectuer une consultation logique et raisonnée à un tarif normal (cf. commandement IV), être propre (respect de soi) et avoir un cabinet sain (si l’ostéopathe ne se déplace pas à votre domicile), avoir du matériel en état de fonctionnement, être ponctuel ou prévenir le patient (respect des autres).

Un bon ostéopathe peut aussi vous expliquer globalement et avec des termes adaptés à votre compréhension votre pathologie, vos examens ainsi que succinctement sont traitement, et pourra vous donner des conseils pratiques ou hygiéno-diététiques, vous proposer des compléments alimentaires, voire des exercices pour améliorer le traitement.

 

VIII)          Sa façon de pratiquer tu demanderas
 

Tout comme le mécanicien à de nombreux outils, l’ostéopathe a de nombreuses techniques , et donc de nombreuses façons de pratiquer l’ostéopathie.

Le bon ostéopathe est celui qui saura adapter ses techniques aux problèmes rencontrés, car on ne traite pas un nourrisson de 3kg comme un sportif de 130kg ou un sénior de 95 ans, populations qui peuvent nécessiter des formations post-graduées.

De plus, l’ostéopathe pourra utiliser des techniques structurelles (aussi appelées directes ou HVBA) qui pourront aboutir à un craquement, qui peuvent surprendre certaines personnes (la technique bien effectuée ne présente aucun effet indésirable bien au contraire). Si cela ne vous convient pas n’hésitez pas à lui en parler, il est normalement à même d’adapter ses techniques à votre demande (de même dans le cas opposé où vous préférez ce type de technique).

Ou alors il pourra utiliser des techniques indirectes ou faciales, vous aurez alors l’impression qu’il vous touche à peine (même si ce n’est pas le cas), et que ces techniques ressemblent à des « papouilles » (vous pourrez parfois être surpris du résultat).

 

IX)               Des résultats tu attendras
 

Contrairement à d’autres professions, et sauf pathologies chroniques ou cas particuliers, il n’est pas nécessaire de voir votre ostéopathe de façon fréquentes et rapprochées.
Le plus souvent pour une affection précise des résultats doivent être observés en 2-3 séances (parfois dès la première) même si cela ne signifie pas forcément que la douleur va disparaitre immédiatement !

Un bon ostéopathe ne doit donc pas multiplier les consultations sans explications au patient.

Un intervalle le plus souvent compris entre 1 à 3 semaines doit souvent être respecté entre 2 séances pour permettre au corps de se reposer, et travailler à retrouver son équilibre.

 

X)                 A l’avance, tu t’y prendras
 

Tout comme il est fortement déconseillé (sous peine de payer une fortune) d’attendre que sa voiture tombe en panne pour faire une révision, une vidange… L’ostéopathie n’est pas uniquement curative (traitement de la douleur aigüe) mais aussi préventive (le plus souvent environ 1 séance par trimestre).

Il est impossible de se tenir toujours parfaitement droit, d’avoir tout le temps la posture parfaite et de ne présenter aucun trouble.

Une consultation régulière permet à l’ostéopathe de traiter ces troubles avant qu’ils ne soient devenus trop gênant et bloque le corps (torticolis, lumbagos, sciatiques, hernies discales…).

Cela permet aussi d’éviter au patient de tomber dans la malheureuse logique (à cause de la douleur) du : « besoin d’un ostéopathe TOUT DE SUITE ! » et donc parfois de tomber sur un ostéopathe peu qualifié ou peu scrupuleux (tarifs exorbitants), avec les résultats qui vont avec.

 

 

Si vous vous conformez à ces commandements simples vous devriez pouvoir trouver un ostéopathe qualifié, bon professionnel, qui sera à même de vous soigner efficacement et éviter certains écueils.

Car vous êtes acteur de votre santé et c’est donc important de choisir les bons praticiens.

 

c